News


Les statistiques de la Coiffure

statistiques coiffure emploi

   L’Institut d’Informations et de Conjonctures Professionnelles a dévoilé en collaboration avec l'U.N.E.C. sont rapport d'activité de la profession. Ce rapport annuel de branche représente à la fois une obligation légale et un outil de pilotage dans le cadre des missions d’accompagnement des partenaires sociaux dans la mise en œuvre d'une politique emploi-formation adaptée aux besoins des entreprises et des salariés. Financé par les organisations professionnelles patronales de la branche Coiffure, ce rapport a été présenté lors de la CPPNI du mois dernier à l’ensemble des partenaires sociaux.

L'enquête

Elle a été réalisée avec plus de 1 300 entreprises (indépendants, sous enseigne, à domicile) par voie postale et par messagerie électronique. Cette analyse porte sur cinq grandes parties :

    une analyse sur le positionnement et les perpectives économiques de la profession
    une situation sur l'emploi dans la branche
    les conditions de travail
    des informations relatives à la formation professionnelle
    une analyse des rémunérations des salariés de la branche

Le pouls du métier

  Le secteur comprend 85 700 établissements (+3% entre 2015 et 2016) dont près de 25% exercent au domicile des clients. Les deux régions les plus concentrés en établissements sont la région Ile-de-France (12 370) et la région Auvergne/Rhône-Alpes  (10 578). Près de 6 établissements sur 10 ont moins de 5 ans d'existence en 2016 et l'âge moyen est de 10,5 ans. 54% n'ont aucun salarié, près de 6 sur 10 emploient de 1 à 2 salariés une proportion en baisse par rapport à 2015 (65,5%). Seuls 3,5% des établissements emploient plus de 10 salariés. Le nombre d'établissements employeurs n'a de cesse de diminuer pour la 4ème année consécutive (39 585 en 2016 soit 46%, 54% en 2011).
  D'après l'INSEE la profession a générée près de 5,9 milliards de chiffre d'affaires dont 55% provient des indépendants, 43,5% des établissements sous enseigne et 1,5% à domicile. A un an d'intervalle la part des prestations Coiffure a diminué de 0,5% tandis que la part des ventes de produits a progressé de +2,5%.
6,5% des établissements ont mis en place des nouveaux services en 2016 dont 55% pour l'activité de barbier, 15% en lissage/extensions, 15% coloration. Ces prestations sont réalisées à 88% par un collaborateur interne.
  La fiche moyenne Femme a augmenté en 2016 (44,50 euros) et (20,40 euros) pour les hommes. En Ile-de-France 49,70 euros femme, 25,70 euros homme, en province 42,50 euros femme, 19,30 euros homme.
  Les professionnels sont fortement inquiets quant à l'évolution des charges (67%), l'évolution du chiffre d'affaires (37%), le pouvoir d'achat des clients (38%), la rentabilité de l'entreprise (33%), le recrutement (46%).

L'emploi

  Le secteur compte 184 258 actifs en baisse de 0,5 points par rapport à 2015 (111 458 actifs pour les établissements indépendants, 50 800 sous enseigne, 22 000 à domicile). En 2016, le nombre des salariés (113 108) dans la profession est resté presque stable (<+0,5%) à un an d'intervalle. 90,5% des salariés sont des femmes qui ont en moyenne 32 ans, 9,5% des hommes (33,5 ans). Les salariés des établissements indépendants sont en moyenne plus agés (33a) que ceux des établissements sous enseigne (31a).
  L'ancienneté reste stable : 6 ans, 6,5 ans dans les établissements indépendants, 5 ans pour ceux sous enseigne.
79,5% des salariés sont employés en contrat à durée indéterminée, et 18% sont en contrat de professionnalisation et d'apprentissage. La part des contrats à durée déterminée a baissé d'un point soit 2,5% des contrats signés. 66 % des salariés travaillent 35 heures par semaine, 8% plus de 35 heures par semaine et 26% moins de 35H00 par semaine. 35% d’entre eux ont le CAP coiffure et 58 % ont un BP ou un BM Coiffure.
   L’absentéisme a diminué en 2016 : il est en moyenne de 10 jours par salarié alors qu’il était de 12 jours en 2015. Alors que la maladie représente 87 % des absences, ce motif ne concerne que 45% des jours d’absence. A l’inverse, alors que la maternité ne représente que 9% des absences, ce motif concentre 38 % des jours d’absences. Par ailleurs 5 % des jours d’absence ont pour origine un arrêt ayant pour origine une maladie professionnelle.
   Le salaire brut moyen annuel d’un collaborateur échelon 2, niveau 2 dans la Convention collective s’élève à 1 647 € /mois hors primes, heures supplémentaires et hors intéressement. Dans 37% des salons, la prime revente produite représente 5 à 10% du salaire annuel et 9% des salariés ont bénéficié d’un plan d’épargne salarial (soit 2% de plus qu’en 2011).

Téléchargement du rapport complet

«« Retour

Commentaire(s) (0)


Vous devez vous connecter pour commenter !
Me connecter